Cover

« L’acquisition de Telecity nous permet de pénétrer de nouveaux marchés en Europe »

«Depuis un certain temps, nos clients nous demandent d’étendre nos offres à Dublin, Stockholm et Varsovie. Nous sommes solidement positionnés sur des marchés concurrentiels de centres de données tels que Londres, Francfort et Amsterdam, mais il nous manquait encore ces villes majeures, comme les résultats des enquêtes auprès de nos clients nous l’indiquaient fréquemment. Maintenant que l’acquisition de Telecity est finalisée, nous sommes heureux de pouvoir annoncer à ces clients que nous pouvons leur apporter notre aide, avec des installations de premier ordre mais aussi de nouveaux services. Cette évolution correspond à notre stratégie de proposition d’un plus grand nombre d’options et de plus grandes capacités. »


Quelle est l’importance de l’acquisition de Telecity pour Equinix ?

« Il a neuf ans environ, Equinix s’est développée en EMEA avec des centres de données dans quatre pays. Un an plus tard, nous nous sommes lancés sur le marché néerlandais, et, en 2013, nous avons démarré l’exploitation d’un nouveau centre de données à Dubaï (lire également l’interview de Jeroen Schlosser, directeur général d’Equinix Moyen-Orient, dans le magazine Minkels 2015-1*). Même si, sur le plan de la taille, il n’est pas aussi grand que nos autres locaux, Dubaï constitue une plateforme pour les secteurs de la finance et du commerce du monde entier, un marché en plein essor et un hub crucial pour nous au Moyen-Orient. »


« Telecity est la plus grande acquisition jamais réalisée par Equinix. Grâce à elle, nous serons à même de développer considérablement nos activités dans les marchés EMEA existants tout en nous tournant vers de nouveaux marchés. Cette acquisition fait passer notre nombre total de sites de centres de données en EMEA à treize. Elle nous offre de formidables opportunités pour accompagner les clients entreprises dans l’adoption du Cloud et leur permettre de profiter des avantages d’une technologie réseau innovante. »


S’agissant des technologies réseau innovantes, quel est votre avis sur les évolutions touchant l’infrastructure des centres de données, l’architecture SDN notamment ?

« En ce qui concerne les réseaux définis par logiciel (Software-Defined Networking, SDN), le temps n’est plus aux conjectures mais aux questions de méthodes. Le volume du marché et le potentiel du SDN sont suffisamment clairs. Les entreprises l’utilisent dans leurs réseaux, et c’est aussi un élément central de la plateforme d’interconnexion d’Equinix. Nous avons nousmêmes beaucoup investi dans le SDN pour notre offre de service Equinix Cloud Exchange, qui comporte à présent une plateforme API proposant aux entreprises un moyen facile et sécurisé pour connecter leurs infrastructures. »


« Aujourd’hui, les personnes, les entreprises et les données étant toutes éparpillées, le SDN est de plus en plus demandé. Cette architecture est également nécessaire au développement de l’Internet des Objets (Internet of Things, IoT) ainsi qu’à des opportunités commerciales plus vastes, collaboration comprise. Les entreprises actuelles, même à petite échelle, opèrent sur toute la planète, dans des marchés mondialisés. Au final, elles attendent de leurs applications performance et fonctionnalité pour améliorer l’efficacité de leurs opérations. Ce sont des éléments fondamentaux que le SDN est capable d’offrir. »


Quelle est l’importance de l’interconnexion pour le marché international de la colocation, aujourd’hui et dans le futur proche ?

« Les études de marché des cabinets Gartner ou Forrester le confirment : le volume de l’interconnexion en colocation va continuer à augmenter. Déjà relativement mondial à l’heure actuelle, le marché de la colocation va poursuivre son internationalisation dans le futur. Nous attendons de nos voitures, de nos avions et de nos smartphones qu’ils soient connectés, pour ne nommer que quelques exemples. C’est pourquoi l’interconnexion est au cœur de la stratégie d’Equinix, et nous sommes d’ailleurs présentés sur le marché comme le spécialiste de l’interconnexion pour nos clients. »


Equinix adopte-telle une approche du marché différente en EMEA, APAC et aux États-Unis ?

« Notre proposition est globalement homogène dans le monde entier, mais pas complètement. Les pays européens sont plus focalisés sur les certifications ISO, tandis que les États-Unis y attachent moins d’importance. De plus, les clients européens ont tendance à montrer une attitude plus prudente vis-à-vis de la confidentialité des données que des entreprises d’autres parties du monde. »


Quelles sont les mesures prises par Equinix pour faire face à cette situation ?

« Nous devons trouver en permanence le bon équilibre entre la réalisation d’opérations mondiales et la réponse aux besoins locaux. Nous sommes donc dépendants de nos partenaires prestataires clés pour mener à bien nos opérations. Nombre de nos clients appartiennent au secteur des technologies ; ce sont des entreprises en mutation rapide opérant dans les secteurs de la finance ou du pétrole et du gaz. Utilisateurs chevronnés de la technologie, ils ont des attentes très fortes. Il est donc important que nos fournisseurs soient capables de répondre à ces grandes exigences et de collaborer avec nos clients entreprises pour la mise en œuvre de technologies réseau innovantes et l’adoption du Cloud, qu’il s’agisse d’une solution Cloud privée, publique ou hybride. »


Les articles de presse sur la protection des données et les failles de sécurité s’accumulent dernièrement. Comment Equinix garantit-elle à ses clients une sécurité optimale ?

« Fondée sur une identification biométrique, des contrôles d’accès par badge et un système multicouche, notre sécurité physique est extrêmement efficace. Nos installations font l’objet d’audits réguliers de sécurité et de conformité réalisés par des tiers, et les rapports sont pris en compte en continu. Par ailleurs, nous accompagnons également les clients requérant des services de sécurité gérés via notre plateforme d’interconnexion. Nous sommes à même de les mettre en contact via les réseaux physiques et sociaux avec des prestataires désireux de proposer leurs services de sécurité des données. »


Que représente le partenariat mondial avec Minkels pour Equinix EMEA ?

« Je passe beaucoup de temps dans nos centres de données dans l’ensemble de la région EMEA ; à chaque visite, je vois des solutions Minkels. Présentes partout, elles contribuent de façon significative à la performance énergétique de nos installations. Elles sont la concrétisation d’un partenariat très fructueux. Minkels consacre beaucoup d’efforts et d’énergie au relationnel. Nous avons conscience de ces efforts et les apprécions à leur juste mesure. Ils rendent notre relation spéciale, allant au-delà des simples commandes et factures. »


« Minkels étant l’un de nos principaux partenaires mondiaux, il est important pour nous d’établir un partenariat plutôt que d’effectuer de simples transactions. Cette relation facilite la souplesse, la fiabilité et la flexibilité de nos centres de données, ainsi que notre adaptation aux exigences de plus en plus élevées des clients. Ce partenariat international avec Minkels nous aide aussi à instaurer une cohérence à travers une variété de pays. Cette constance internationale favorise naturellement l’efficacité et la stabilité tout en assurant, au final, la valeur métier attendue par les clients. »


Prévoyez-vous un regroupement des marchés internationaux de gros et de détail de la colocation dans les trois années à venir ?

« Nous voyons déjà un plus grand nombre de prestataires de colocation en gros proposer des espaces au détail également. L’acquisition de Telx par Digital Realty n’en est qu’un exemple. Cette tendance s’explique peut-être par le caractère fortement concurrentiel du marché de gros américain, où les entreprises tentent d’étendre le champ de leurs activités. Par ailleurs, aux ÉtatsUnis, de grands acteurs du Cloud tels que Google, Apple et Facebook ont tendance à construire leurs propres installations, tandis qu’en Europe, ils sont plus enclins à faire appel à des services de colocation en gros. »


À l’instar de Digital Realty qui se lance dans la vente au détail de services de colocation, quelle est la position d’Equinix vis-à-vis du marché de gros ?

« Nous ne prévoyons pas de nous lancer dans de nouveaux secteurs d’activité au-delà de nos activités principales. Évidemment, le monde étant susceptible de changer, il ne faut jamais dire jamais. L’acquisition de prestataires de services professionnels, comme Nimbo l’année dernière, entre dans le cadre de notre stratégie principale par exemple. Nimbo travaille avec de grandes entreprises désireuses d’implémenter des infrastructures Cloud. Même si ses activités dépassent quelque peu la colocation, nous n’exploitons pas réellement ces environnements Cloud, et cela ne constitue pas un prélude à une entrée dans le marché des services gérés. »


Pour conclure, qu’attendez-vous de l’acquisition de Telecity en termes de synergies ?

« J’espère qu’elle facilitera grandement le développement de notre base de clients entreprises. De plus, Telecity détient quelques grands noms dans son portefeuille. Nous sommes convaincus que notre plateforme multi-Cloud et nos options d’interconnexion peuvent séduire ces clients également. Il y a deux ans, nous avons lancé un programme de réseau de partenaires pour étendre notre réseau mondial et améliorer la distribution de nos services de colocation et d’interconnexion dans le marché des entreprises. L’acquisition de Telecity fait donc partie intégrante de ces objectifs d’optimisation de notre positionnement sur ce marché. »



Logo

placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder placeholder